Dans cette vidéo je partage avec vous mon arme “secrète” anti stress 🙂

Abonnez-vous à la chaine You Tube pour ne manquer aucune vidéo : cliquez ici.

Téléchargez le fichier MP3 ici.
Téléchargez le fichier PDF ici.

Transcription de la vidéo :

Bonjour les amis. Dans la vidéo d’aujourd’hui, on va parler de mon arme secrète anti stress.

Bon, vous allez voir que cette arme secrète n’a finalement rien de secrète puisque c’est une chose dont vous avez certainement déjà entendu parler ; c’est une chose dont je parle beaucoup ou je parle de façon assez poussée dans mon livre Les quatre pilules pour une vie riche et sans stress. Donc, il n’y a vraiment pas un gros secret dans cette arme mais c’est, en tout cas, l’outil antistress que j’utilise le plus souvent et que je mets en place le plus souvent dans ma journée.

Cet outil, c’est tout simplement la respiration abdominale. On respire tous – excusez-moi d’enfoncer une porte ouverte et de donner une banalité telle que celle-là mais … On respire tous mais dans l’ensemble, on respire mal ; c’est-à-dire qu’on utilise la respiration thoracique (on respire par le thorax – ici, on gonfle un petit peu notre thorax pour faire entrer de l’air dans nos poumons) et le problème de ce type de respiration, c’est que non seulement, la quantité d’oxygène qu’il nous permet de faire entrer est limitée, mais en plus, ça tend notre organisme. Les muscles qui sont entre les côtes (les muscles intercostaux) se crispent, ils tirent sur votre nuque et respirer de façon thoracique toute la journée, ça apporte trop peu d’oxygène et ça a tendance  à nous tendre. En respirant par le ventre, en pratiquant ce qu’on appelle la respiration abdominale ou ventrale, eh bien, ça nous permet d’emmagasiner plus d’oxygène et de le faire en faisant moins d’effort. Donc, en étant moins tendu, on a de meilleurs résultats avec moins d’efforts en respirant par le ventre. Bien sûr, on ne peut pas toujours respirer par le ventre ; là, en faisant cette vidéo, si je respirais tout le temps par le ventre, eh bien, j’aurais du mal à m’exprimer, j’aurais du mal à parler, donc, je suis obligé un petit peu de retenir ma respiration et de respirer un peu plus par le haut.

Donc, c’est la respiration thoracique, qui vient du haut. On ne peut pas respirer en permanence par le ventre ; on ne peut pas utiliser la respiration abdominale en permanence. Alors, comment faire pour utiliser cet outil de façon rigoureuse, de façon la  plus simple possible – Vous me connaissez, j’aime les choses simples – afin de limiter son niveau de stress ? Eh bien, c’est ce qu’on va voir tout de suite.

J’ai pas mal lu de choses sur le sujet, sur la respiration abdominale et ce qui m’a le plus aidé, c’est ce que j’ai lu dans des livres de Yoga où ils enseignent la respiration utilisée par les maîtres Yogui (les personnes qui vivent ou qui vivaient en Inde et qui  pratiquaient le Yoga de façon très intense). En fait, c’est quelque chose de très simple ; c’est une respiration en trois temps : le premier temps – je vous le fais assez rapidement ; vous pourrez regarder sur … Si vous tapez « respiration yogique » ou « respiration abdominale » sur Google, vous trouverez des illustrations qui vous permettront de mieux cerner le sujet parce que c’est plus difficile à expliquer mais grosso modo, vous faites ça en trois temps. Le premier temps, vous inspirez par le bas du ventre (vous gonflez votre ventre) ; faut pas contracter les abdominaux, il faut vraiment gonfler votre ventre et faire entrer de l’air par mouvement du diaphragme. Donc, vous inspirez par le nez en gonflant le ventre le plus possible – ça, c’est le premier temps. Au bout d’un moment, ça va bloquer et donc, le deuxième temps que vous allez avoir, ça va être essayer de faire entrer encore de l’air en dilatant les côtes, en écartant les côtes mais donc, tout simplement, en essayant de respirer par le thorax. Donc, une fois que  vous avez rempli par le ventre – vous voyez ce petit mouvement ? – vous faites encore entrer un petit peu plus d’air par la respiration thoracique. Et enfin, le troisième mouvement, ça va être de refaire encore entrer de l’air par le haut, donc, plutôt par la partie des clavicules.

Là, c’est vraiment le petit mouvement en trois temps. Il faut vraiment que ce soit quelque chose de dissociée mais ça donne quelque chose comme ça : le ventre d’abord ; ensuite, une fois que vous êtes au bout, par le thorax ; et enfin, le petit mouvement d’épaule pour en emmagasiner un maximum. Donc, ça, c’est pour la phase d’inspiration. Une fois que vous allez avoir inspiré complètement, vous allez bloquer votre respiration parce que c’est meilleur pour la diffusion de l’oxygène dans vos poumons par le biais des bronchioles, etc. Donc, vous bloquez votre respiration et enfin, vous expirez. Et grosso modo, ces trois temps, vous avez l’inspiration : vous comptez jusque 4 ; le blocage : vous comptez jusque 2 ; et l’expiration : vous comptez jusque 6. C’est grosso modo ce que plusieurs livres de Yoga donnent pour ce qu’ils appellent la respiration yogique.

Forcément, ce n’est pas une chose que vous allez pouvoir faire en permanence. Et ce que je vous conseille de faire – moi, c’est ce que j’ai mis en place parce que ça fait tellement de bien – c’est une pratique de trois fois par jour de cet exercice et je le fais dix fois. Donc, je le fais le matin après m’être réveillé, dans ma routine matinale, je mets en place cet exercice où je respire dix fois comme ça ; je le fais juste avant ma sieste de l’après-midi après avoir mangé et je le fais le soir avant de me coucher. Donc, vous voyez, ça fait trois petits exercices de dix répétitions, donc, ce n’est pas énorme ; ça prend environ deux à trois minutes par séance. Si vous le faites avant de vous endormir en plus ça vous détend ; si vous le faites avant la sieste – si vous avez la chance de faire la sieste – ça vous détend ; si vous le faites le matin, ça vous détend.

En fait, c’est une méthode qui vous permet de vous détendre en permanence. Donc, deux à trois séances par jour, si possible. Ça va vous  prendre deux à trois minutes à chaque fois, matin midi et soir, c’est vraiment quelque chose de génial. Ça, c’est pour le traitement de fond, c’est pour ce que vous allez faire au quotidien pour être plus calme. Ce que vous pouvez également faire, c’est utiliser cette technique dans une période stressante. Moi, j’essaye, au moment d’une dispute, quand vraiment je sens que j’ai la moutarde qui moutarde qui monte au nez, que je commence à être stresser, je me pause, je mets sur le côté et je respire.

Essayez une fois, franchement, et vous verrez que le fait de faire ça, ça vous déstresse complètement immédiatement. Moi, j’appelle ça la technique de la cocotte parce que c’est comme une cocotte-minute dans laquelle il y a plein de pression, le fait d’enlever le petit orifice et de permettre à la pression de se dégager, eh bien, ça diminue la pression dans la cocotte : là, c’est pareil, vraiment. Vous sentez la pression qui monte, vous pratiquez la respiration abdominale, pareil, 2-3 minutes, et tout de suite, la pression va retomber. Donc, vous pouvez utiliser la respiration abdominale de deux façons au quotidien deux à trois fois. Et dès que vous avez une période de stress, que ce soit avant de disputer, enfin, pendant une dispute ou alors si vous – je ne sais pas – recevez un mail qui vous énerve ; si vous lisez quelque chose qui vous énerve, si vous vous sentez surmené, enfin, ça peut se faire à tout moment et encore une fois, c’est un investissement de deux à trois minutes. Donc, faites-le le plus  possible. Ça ne peut jamais être trop en fait.

Donc, voilà pour mon arme secrète qui n’est pas secrète. Utilisez la respiration abdominale un maximum pour limiter votre niveau de stress ; commencez dès maintenant après avoir éteint cette vidéo. Peut-être si vous n’avez pas tout saisi à 100% au  niveau des étapes, regardez rapidement sur Internet et essayez immédiatement. Et à partir de demain, essayez de le faire une fois par jour, deux fois par jour, trois fois par jour un maximum pour utiliser cet outil simple ; tout le monde l’a à disposition, on n’est pas en train de parler d’un outil difficile à mettre en place, on a tous cet outil à notre disposition, il suffit de l’utiliser.

Comme d’habitude, donnez-moi votre avis sur cette vidéo sur la page Facebook de Pas-de-stress. Merci beaucoup de m’écouter, d’être si nombreux à me suivre. Je vous dis à très bientôt pour une nouvelle vidéo.